En médiation animale, il y a des poules, des canards, des oies...


La médiation animale et la zoothérapie sont en vogue en France depuis quelques années. La plupart du temps, l'animal médiateur sollicité est un chien ou un équidé. Parfois, il s'agit d'un cochon d'inde ou d'un lapin mais plus rarement les animaux de ferme sont évoqués. Et pourtant, les premières expériences de médiation animale connues sont avec des animaux de ferme. Les premiers témoignages remonteraient au moyen-âge en Belgique puis au XVIII ème siècle en Angleterre, ensuite en Allemagne, aux États-Unis...A chaque fois, les bienfaits de la présence animale sont perçus au travers des soins que l'on peut lui procurer (nourrir, entretenir, soigner, sortir). C'est en s'appuyant sur ces gestes quotidiens qui n'exigent rien de l'animal si ce n'est sa présence au côté de l'humain, que cette médiation s'est inscrite dans l'Histoire. La particularité d'accompagner les publics en s'appuyant sur l'animal de ferme comme médiateur est qu'il n'y a pas d'attente particulière du professionnel envers l'animal (pas de balle à rapporter ou de parcours à réaliser...). Il s'agit "simplement" de le prendre pour ce qu'il est et de l'accompagner dans son quotidien. Avec l'animal de ferme, l'accompagnement à la vie se fait par la vie ! Bien entendu, cela ne s'improvise pas : le professionnel doit pour cela connaître ses animaux, les publics qu'il accompagne et le cadre propice à la rencontre.

5 vues0 commentaire